L’eau, une ressource à préserver

Instituée en 1993 par l’ONU, la journée de l’eau se célèbre chaque année le 22 mars. Alors que 71% de la surface du globe sont recouverts par les océans, l’eau douce ne représente que 3% de la ressource totale mondiale.

Avec le réchauffement climatique et la diminution des précipitations, nous connaissons aujourd’hui des épisodes de « stress hydrique » de plus en plus fréquents.

Les ONG environnementales dénoncent depuis longtemps les défaillances de la gestion de l’eau. En France, celle-ci revient aux collectivités locales depuis janvier 1992.

Réduire la consommation se présente comme le premier des recours. Ainsi, la ville de Courbevoie accueille au sein de ses espaces verts, des plantes vivaces (ou pérennes) préférées aux plantes annuelles, car moins gourmandes en eau. Dans un souci de conservation de l’humidité, usage est également fait de paillage au pied des plantations.

De leur côté, les systèmes d’arrosage automatique des espaces publics ont été dotés de capteurs hydrométriques, permettant de mesurer et réguler le débit de l’eau. Mais, au-delà de l’éducation des consommateurs, il faut également envisager des solutions techniques, comme la récupération des eaux de pluie. A Courbevoie, celle-ci se réalise grâce à la plantation de petits fossés, devant les grilles des parcs, appelés « noues végétales ».

Si nous parlons de rationalisation de la consommation d’eau, en améliorer la qualité se présente aussi comme un défi.

Depuis le 01.07.2018, le syndicat des eaux de la presqu’île de Gennevilliers a mis en place pour l’ensemble de ses communes, dont Courbevoie, un processus de décarbonatation, ôtant le calcaire excédentaire dès l’étape de production d’eau potable, calcaire lui-même ensuite épandu sur les exploitations agricoles de la région pour rendre les sols moins acides.

Alors dans un contexte de mobilisation de lutte contre le changement climatique, l’eau, enjeu du XXIème siècle est indissociable de toute stratégie de développement durable.

Valoriser les eaux usagées ou une incitation des collectivités locales à se saisir de leur droit d’expérimentation et entrer dans l’ère de l’économie circulaire ?

N’oublions pas cette phrase de Thomas Fuller, physicien anglais du XVIIème siècle : « nous ignorons la valeur de l’eau, tant que le puits n’est pas sec »…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close