Les mobilités douces contre la pollution…oui, mais pas que !

Le dimanche 8 septembre, s’est déroulée à Courbevoie, la 10ème édition de la manifestation « Quais libres ». Seuls les véhicules à propulsion humaine pouvaient circuler sur les quais de Seine.

Avec la crise de l’énergie au milieu des années 70 et le réchauffement climatique, est apparue la notion de « mobilité durable ».

En France, 48.000 décès annuels seraient la conséquence de la pollution aux particules fines, dioxyde d’azote et gaz à effet de serre. Les transports émettent presque 29% de ces derniers.

En 2008, une directive européenne a fixé des normes de concentration dans l’air de ces particules et autre NO2, régulièrement dépassées dans notre pays, d’où l’assignation de la France en mai 2018, devant la Cour de Justice par la Commission Européenne.

Qu’en est-il depuis la conférence de Rio qui a mis en place en 1992 l’Agenda 21, programme d’action pour le développement durable au XXIème siècle ?

Depuis 2002, la semaine européenne de la mobilité a pour objet de promouvoir les mobilités douces, plus respectueuses de notre environnement. Peu à peu, la notion d’éco-mobilité s’est imposée aux métropoles et agglomérations, en charge de cette politique. De loisirs, certains modes de déplacement doivent être considérés comme un véritable moyen de transport : aujourd’hui, seuls 2% des français se rendent au travail à vélo.

Notre département a élaboré un plan de développement des circulations douces, reposant notamment sur la réappropriation de l’espace public : la requalification de la voirie et de certaines voies départementales en boulevards urbains permet l’insertion d’aménagements cyclables. Le boulevard de Verdun ou le long de la voie ferrée reliant les gares de Bécon et Courbevoie en sont des exemples.

Mais aujourd’hui, la Métropole du Grand Paris va plus loin ! Dans un souci de reconquête de la qualité de l’air, a été validée, en novembre dernier, la mise en place de zones à faibles émissions (ZFE), sur la base du volontariat des communes. A Courbevoie, a ainsi été instaurée, par arrêté en date du 3 juillet 2019, une zone à circulation restreinte pour les véhicules les plus polluants, dans le périmètre de l’intra A86.

En 2019, les mobilités douces et la concertation Etat/ collectivités pour le développement des ZFE apparaissent comme autant d’outils nécessaires pour lutter contre la pollution atmosphérique…jusqu’à donner une dimension constitutionnelle à l’écologie ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close